492529-22946938-2560-1440

A votre santé, amis rugbymen !

Ceux qui ont pratiqué le rugby, des divisions les plus obscures jusqu’aux sommets de l’élite, ont dû souvent s’entendre dire : « A la tienne », « c’est la mienne » ou encore « A ta santé ! »… Cette dernière sentence semble n’avoir jamais été autant d’actualité.

Pourtant, avant que le Mediator ou Lévothyrox ne fassent la Une, l’ingurgitation massive de Guronzan ou de Synthol ne choquait jamais personne, si ce n’est celui qui se trouvait en face au moment du coup d’envoi. Et si malgré tout, il y avait des dégâts, le service de déchoquage était assuré par les exhortations fumeuses de la grand-mère du cousin de la belle-sœur de Bernard, celle qui guérit du feu et autres douleurs articulaires sans jamais justement faire entorse à la déontologie du « une bouteille de Ricard quand vous irez à Ibardin, ça ira ».

Aujourd’hui, ce sport que l’on oserait juste conseiller au fils de son meilleur ennemi, évoque plus le choc des titans que le tchin-tchin des 3èmes mi-temps. Du coup, il est plus à craindre pour la foi en l’avenir que le devenir du foie. Tant mieux, vous me direz même : épatez-nous les hépatiques ! 

Sauf que non !!! Les dernières actualités sont peu reluisantes. Provale rejoue un épisode du très regretté Dallas, nos fédérastes nous pondent un calendrier de « l’avant, c’était bien » (Hé, les gars, y’avait aussi une date dispo pour Halloween : après tout, une bande de morts-vivants face au Haka, on n’a jamais essayé), des médecins valident des ordonnances plus vite qu’un député En Marche,…

Et pour ceux qui auraient échappé, par miracle, à une de ses plaies, il est conseillé de ne pas se réjouir trop vite. Car ce qu’on appelle « la petite mort » arrive plus vite qu’on ne le croit. Entre deux vidéos de décorticage du 5 contre 1 bousillé par le sud-af qui vient d’atterrir, trois séances de skills organisées par le All-black de service, deux cocktails « Business Partners » implorés par le trésorier, il restera alors quelques minutes à notre ami rugbyman pour penser à sa reconversion…

Et comme diraient nos chers apôtres Saint-Paul de la Ligue et Saint-Bernard de la Fédé, les convertis aux cadences infernales ne feront pas forcément les bons reconvertis.